Série 3 Influence-Plaidoyer-Collaboration : Prise de parole de femmes racisées et autochtones for Fondation J. Armand Bombardier

Quantity

$0 - Inscription

We use Simplyk, the only ticketing for non-profits giving us 100% of your payment. A contribution to support them will be suggested at confirmation.

Série 3 : Influence - plaidoyer - collaboration

Termes souvent entourés d’une aura négative, l’influence et le plaidoyer sont pourtant des outils essentiels quand on parle de changements systémiques; ils requièrent une collaboration étroite entre les différentes parties prenantes, une posture d’ouverture et de bienveillance ainsi qu’un processus rigoureux. Cette série offrira différentes perspectives pour mieux comprendre l’importance de faire entendre toutes les voix et comment le faire.


Prise de parole de femmes racisées et autochtones :


*Cette conversation bénéficiera d'une interprétation LSQ (Langue des signes du Québec)*

Loin d’être neutre, la prise de parole est un acte traversé par des rapports de pouvoir qui, depuis trop longtemps, engendrent une représentation partielle de la réalité. Parce qu’elles n’appartiennent pas au groupe majoritaire, de nombreuses personnes sont exclues des débats publics et peinent à faire entendre leur voix. Cette réalité est encore trop vraie pour les femmes, surtout lorsqu’on est une femme racisée ou autochtone.

Animée par Inès Chaalala, directrice de l'apprentissage et des partenariats chez Fondations Philanthropiques Canada, cette conversation nous permettra d’écouter quatre femmes remarquables, dont le parcours est marqué par la prise de parole. Elles partageront leur vécu, leurs réflexions ainsi que les enjeux auxquels elles font face. Elles nous inviteront à passer à l’action et à accepter notre responsabilité de relayer toutes les voix si l’on souhaite une société diversifiée et inclusive.


Michèle Audette Militante active pour les droits des peuples autochtone, elle a été sous-ministre associée au Secrétariat à la condition féminine, présidente de l'Association des femmes autochtones du Québec et présidente de l'Association des femmes autochtones du Canada. En 2016 et durant plusieurs années, elle a agi à titre de commissaire de l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées. Son mandat était d'examiner les causes systémiques de toutes les formes de violence à l'égard des femmes et des filles autochtones. Elle est actuellement conseillère principale en matière de réconciliation et d’éducation autochtone à l’Université Laval. Michèle Audette a grandi dans un milieu engagé au confluent de deux cultures, dont elle est la fière représentante. Très tôt elle a compris le sens d’une double discrimination, en tant que femme et autochtone, en poursuivant l’engagement de sa mère contre les discriminations auxquelles font face les femmes autochtones. Michelle Audette s’est aussi fait remarquer pour son travail de contestation de la Loi fédérale sur les Indiens, de même que pour son offensive contre certaines dispositions de la loi C-31, relatives au statut des femmes autochtones mariées à un Blanc et à celui de leurs enfants. Elle est l’initiatrice de la marche Amun de 500 km, entre les villes de Québec et d’Ottawa, qui a mené à des changements législatifs importants quant aux droits des femmes et des enfants autochtones.

Odile Joannette œuvre depuis près de vingt ans à la défense et à la promotion des droits des peuples autochtones ainsi qu’à l’amélioration de leurs conditions de vie. Elle a siégé au conseil de l’Ordre de Montréal de 2017 à 2019 et compte parmi les quinze membres qui composent la Table sur la diversité, l’inclusion et la lutte contre les discriminations. Diplômée de l’UQAM, spécialisée en communications, relations publiques, elle s’implique en 2002 dans le mouvement des femmes autochtones du Québec. En 2007, elle collabore au développement et à l’ouverture du premier centre de la petite enfance autochtone à Montréal et contribue à la création du RÉSEAU pour la stratégie urbaine de la communauté autochtone à Montréal. Membre fondatrice et administratrice de DestiNATIONS : Carrefour International des Arts et Cultures des Peuples autochtones, et touristique d’envergure. Elle a été à la direction des partenariats et des communications au sein de la Commission responsable du développement des ressources humaines, de l’emploi et de la formation pour l’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador avant d’accepter la direction générale du Wapikoni mobile.

Bochra Manaï est docteure en Études Urbaines (INRS), chercheure et professionnelle du communautaire. Ses intérêts de recherche portent sur l'immigration, les enjeux d'inclusion et d'exclusion dans l'espace urbain. Elle dirige l'organisation Parole d'excluEs, qui œuvre à la mobilisation citoyenne à Montréal-Nord et dans les territoires marginalisés de la métropole.   

Dorothy Rhau Née à Montréal et d’origine haïtienne, Dorothy Rhau s’est fait connaître en tant que première femme noire humoriste francophone au Québec et au Canada. Elle a notamment travaillé sur son deuxième spectacle solo en collaboration avec Encore Spectacle, groupe de divertissement intégré basé à Montréal. Elle a fait les avant-premières de Mario Jean jusqu’à ce qu’elle décide, en juillet 2018, de se concentrer sur son implication sociale, notamment comme présidente de l'organisme à but non lucratif d’Audace au Féminin. En décembre 2016, elle réunit une équipe et crée le Salon International de la Femme Noire (SIFN). Depuis la première édition de 2018, le salon revient à chaque année avec la vision de faire de Montréal, la Mecque des femmes noires du monde entier. Elle s’est jointe à l’équipe DanièleHenkel.Tv en tant que chroniqueuse où elle signe des articles intitulés: « Le Pouvoir de la Diversité ». Elle est membre du comité consultatif de Femmessor – diversité ethnoculturelle, et récemment, ambassadrice de la campagne « La Force de l’Impact ». 


Start: Tuesday 24 November 2020, 09:00 AM

End: Tuesday 24 November 2020, 10:30 AM

https://zoom.us/j/91521894048?pwd=enZubExFTXVjWk55OHh4dEN1SUVLZz09 Code : femme